Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 11:04

au col de Robion 
sur le chemin de l’école…
un jour où tu chantes
°
haïkuméride
jour après jour s’écrivent
mes rides
°
un an de plus
les années et les femmes
de plus en plus belles
°
début d’année
y en a mare des prévisions
c’est vrai à la fin
°
l’hiver tarde
des décolletés
s’attardent 
°
à la fin des fins
il faut bien s’arrêter 
de faire semblant
°
vivre le printemps
le parfum inoubliable
d’une rose rouge
°
même aveugle
je la reconnaîtrais :
son parfum 
°
parfum de femme
sentiront elles aussi bon
sans elle
°
la première nuit
on revit le dernier jour
où on l’a revu
°
sous la comédie
elle joue sa première
et sa dernière
°
tant d’années
ses yeux 
toujours innocents 
°
fleur coupée
la rose était comme nous
comme nous
°
sentier du lac*
le parfum des Osmanthus
bloque le passage

*Majeur
°
assise
la mendiante nous juge
sans peine
°
sa taille emprisonnée
ses fesses laissées
en liberté
°
Maguelone
elle marche sur la plage
sans laisser de trace
°
janvier en terrasse
plein de filles et des belles
- il fait beau -
°
rue glaciale
les buées emmêlées
avant les baisers
°
froid sur la ville 
je la vois dans sa robe
ensoleillée 
°
en descente à vélo 
sur mon bras la coccinelle 
bat des records 
°
soirée sadomistral
le cyprès fouette la lune

°

iceberg en ville
le haut de ses seins émerge
naturellement
son décolleté brise
la glace malgré le froid


 

Published by André
commenter cet article
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 16:06
Soleil...
Published by André
commenter cet article
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 09:57

premier matin de l'an
l’insouciance des êtres
leur tient lieu d’espérance

 

Etre jeune c'est ignorer de quoi demain sera fait.

Etre...
Published by André
commenter cet article
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 09:54

réchauffement
l’iris fleurit en hiver 
sans savoir pourquoi

réchauffement
sur le pont illuminé 
la lune inutile

réchauffement
parlant de lui
elle s’échauffe 

crise et réchauffement
les cigognes et les vacanciers
ne partent plus

réchauffement
émergeant peu à peu
le haut de ses seins

réchauffement
l’air glacé de la dame
en vraie fourrure

réchauffement
les oiseaux ont les boules
plus tard

réchauffement 
peaux d’oignons et collants
de plus en plus fins

réchauffement
à demi nus à Maguelone
en plein hiver

réchauffement
les flamants avancent le temps
des rapprochements

réchauffement
déjà noire à la mi-mai 
à Maguelone

réchauffement
à Maguelonne on s’abonne
à l’année

réchauffement
l’ombre de la tonnelle
ne veut pas mourir

réchauffement
des gestes bons pour elle
très terre à terre

réchauffement
les chênes vert remontent
vers les blancs

chaleur en hiver
des fleurs s’ouvrent pour l’amour
des femmes aussi

cause ou effet
on fait l’amour plus souvent
réchauffement

Noël trop chaud
Le marchand de marrons chauds
cherche des acheteurs

réchauffement
l’hiver ne retourne plus
chez ses prédateurs

Climatique...
Published by André
commenter cet article
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 18:04

sous le pont romain
on compte ses arches
en chiffres arabes

Voir les commentaires

Published by André
commenter cet article
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 18:02

bleu blanc douce
les couleurs musulmanes
des carreaux d’Iznik

Voir les commentaires

Published by André
commenter cet article
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 11:47
 
rouge blanc rosé
en terrasse les trois couleurs
se lèvent en cœur
 
 
vins du Languedoc
les vignes médaille d’or
pour leur robe
 
 
heure d’hiver
le soleil replonge
dans mon thé
 
 
on se savait mortel
au cimetière
on se vit mortel
 
 
ruelle animée
quelques Stambouliotes
parmi les chats
 
ensemble
une femme voilée
une femme fardée
(Istanbul 11/15)
 
 
la femme voilée
à chaque coup de fourchette
lève sa voilette
 
 
six heures du mat
le chant du muézin aussi beau
qu’un cri de plaisir
 
 
jeune femme en niqab
je l’imagine en dessous
en noir et blanc
 
 
partie visible
émergeant de l’iceberg noir
des yeux merveilleux
 
 
la fille en niqab
j’entrevois la peau blanche
de sa cheville
 
 
à la télé
de l’histoire vraie
au lieu d’un film
 
 
à la télé
c'est pas du cinéma
leur film d’horreur
 
 
à la télé
Allah par ci Allah par là
à la vie à la mort
 
au téléphone
les pleurs de ma fille
me rassurent
 
 
grasse matinée
il ne nous changerons pas
on ne lâche rien
 
 
tout nu
le grand chêne élégant
tout en gland
 
 
vent violent
les feuilles mortes s’envolent
reste l’écrit
 
Published by André
commenter cet article
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 19:58

un vélo attend
devant le Bataclan
le temps d’une vie

Vélos en fleurs...
Published by André
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 17:48
Terrasse à Paris...

(après le deuil)
pas pleurer
plutôt penser à rire
à faire l’amour
comme on l’a toujours fait
on ne sait pas vivre autrement

 

Published by André
commenter cet article
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 17:05
église romane
les yeux suivent le silence
du tympan au cœur
 
Maguelone
dernier bain de l’année
voire plus
 
Maguelone en automne
les êtres à plumes remplacent
ceux à poil
 
dernier bain:
laisser le sel se sécher seul
en s’en allant...
 
dernier bain
la mer me tire
vers le large
 
Cultivé
L’agriculteur me parle
du champ des possibles
 
pour créer du lien
elle augmente ses seins
lui la soutien
 
le beau chêne
la futaie lui envoie
des feuilles volantes
 
temps d’automne
un parfum de femme
rappelle l’été
 
une fois par vie
on rêve de neige
ce soir peut être
 
jardin en friche
les fleurs prennent le dessus
sur le potager
les marguerites libérées
s’effeuillent passionnément
 
baiser debout
les bancs des amoureux
tout mouillés
 
vent d’automne
les feuilles mortes
vivantes
 
pluie d’automne
je pense en pissant
au temps qui passe
 
halte au cimetière
se sentir immortel
un moment
 
son corps endormi
livre ses pages blanches
je l’effeuillette
 
j’ai j’ai !
j’ai des glands dit le geai
déchainé
 
vent violent
les pinces sur les culottes
serrent les fesses
 
on frappe
le vent en personne
entre avec elle
 
sa robe d’hiver
le vent d’automne révèle
un instant d’été
 
heure d’hiver
la bergeronnette
n’est pas au courant
 
soleil d’automne
l’ombre de ses longs cils
sur ses pommettes
 
Laissez nous vieillir
avec notre soif d'amour
jamais rassasiée
 
fin de vie
la feuille en chute libre
de mourir
 
Published by André
commenter cet article