Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 11:22

Juliette est morte.

 

grand cœur de Juliette
pensée pour lui
pensée pour elle

 

Lien :

http://haiku-senryu.over-blog.net/article-16351688.html 

 

http://www.google.fr/search?sourceid=navclient&hl=fr&ie=UTF-8&rlz=1T4GGLL_frFR400FR401&q=juliette+clochelune

 

 

 

 

Repost 0
Published by André - dans Divers
commenter cet article
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 11:14

passe un cheval
une poule suit
pleine d’espoir

passe une poule
je suis un coq je suis

 

Repost 0
Published by André - dans Tanka
commenter cet article
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 10:47

le rideau de brume
déchiré par le vent :
le chêne tout nu


Article Libé

Repost 0
Published by André - dans haiku-senryu
commenter cet article
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 09:05

quelques cheveux blancs
adoucissent sa blondeur
vieillir en douceur

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by André - dans senryû
commenter cet article
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 08:43

l’appât
après la pente de ses cuisses
piège à vie

Repost 0
Published by André - dans senryû
commenter cet article
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 12:19

... D'où l'importance capitale de la culture esthétique qui nourrit ce qui est pour moi la poésie de la vie. La prose, c'est-à-dire l'inévitable et l'obligatoire, sans joie, est ce qui peut nous faire survivre et nous empêche de vivre vraiment. Vivre vraiment, c'est vivre poétiquement c'est-à-dire dans l'épanouissement de soi, la communauté, l'amour, la participation à autrui et au monde.

Le monde est merveilleux et horrible. L'esthétique nous aide à nous émerveiller et nous permet de regarder l'horreur. Ainsi le second mouvement du Quintette de Schubert exprime la pire douleur de l'âme, et pourtant il nous donne le bonheur de sa musique qui traduit cette douleur sans l'anesthésier.

L'esthétique des oeuvres nous permet de développer une esthétique de vie quotidienne. "La nature imite ce que l'oeuvre d'art lui propose", a-t-on dit. Elle nous favorise l'émerveillement devant la mer, la montagne, les grands arbres, un papillon qui volette, un enfant qui gambade, un chien fou d'amour qui bondit vers son maître, un beau visage...

Voila donc tout ce qui devrait animer une politique de la culture : une politique de l'esthétique qui contribuerait à démocratiser la poésie de vivre, à ce que chacun puisse vivre de belles émotions et découvre ses propres vérités.
Edgar Morin

 Article complet dans le Monde

Repost 0
Published by André - dans Divers
commenter cet article
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 10:02

sur Facebook
sa photo d’il y a dix ans
mais non retouchée

 

 

Repost 0
Published by André - dans senryû
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 20:42

fleurs en chaleur
leur pollen pour l’apiculteur
du sperme en couleurs

une dentelle
d’un simple pétale…
magie des chenilles

rose pale
un à un les boutons
de la robe à fleurs

 

 

Repost 0
Published by André - dans haiku-senryu
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 16:57

Le haïku : d’une impression première à une impression partagée.

 

« Ce que j’ai toujours aimé dans les impressionnistes (route de neige de Monet), c’est qu’on est devant un moment, une parcelle du temps fixé à jamais. De ces millions de vilains matins de mars, des millions de gens qui l’ont vécu, il ne reste rien… qu’un Monet. »
Paul Morand (Journal inutile)

 

 

Repost 0
Published by André - dans Règles floues
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 17:50

deux corps nus liés
au pied de deux vélos
d’homme


Maguelone…
ses seins naturels
dans du synthétique

 


Méditerranée…
l’horizon sans surface
mer et ciel face à face

peinture à l’eau de mer
du bleu ciel sur du bleu marine


plage de Maguelone
une dame ronde et lisse
sur les galets


halte de l’étang :
deux Tadornes de Bélon
entre deux mondes

 

 

 plage de Maguelone
aller d’un demi tour
du sable à la lune

plage naturiste
la dame timide
garde son string


sans bruit sans vagues
des corps dans la brume
sans queues ni têtes



les fesses fermées
les seins ensablés
seule l’effluve blonde



croisant un vélo
malgré la vitesse
l’odeur du cyclo

 

Maguelone
plus personne à l’ombre
du vieux tamaris

 

rires d’enfants
les vagues chatouillent aussi
le ciel

 

les yeux glissants
sur les corps huilés
des gens âgés

    

 

deux dames en juin
avec un bronzage d’aout :
réchauffement

 

peaux nues solaires
les corps stockent le désir
pour la nuit

 

 

 

Repost 0
Published by André - dans haiku-senryu
commenter cet article