Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 18:24

port de Capri
le bruit de la foule
couvre la houle
*

Villa d’Este
dévalant les escaliers
ses seins bondissants 
*

Chez le padre Pio
Une religieuse mange
son homonyme
*

à l’œnothèca
on essaie d’être sobre
en vain
*

plage italienne
son maillot à mi fesses
se fait plein d’amis
*

plage « Caraïbes »
mettre un maillot
c’est pécher
*

musée de Paestum
ensemble on plonge
dans l’éternité
*

avec la nuit
le pin parasol
s’ennuie
*

Caravage
les gens voient surtout
le "no photo"
*

lumière électrique
le clair obscur du Caravage
moins obscur
*

primavera
les façades fleuries
de cris d’amour

printemps
le facciate fiorite 
di grida d'amore
*

vent sur le port
les robes se soulèvent
les pantalons aussi
*

marché de Capri
des éponges aux mille trous
de l’empire du milieu
*

flottant comme avant
dans la mer familière
presqu’une mère
*

villa du riche
les oiseaux dans le jardin
chantent pour rien
*

la villa du riche
l’ombre de son portail
est à tous le monde
*

Materra
ce n’est pas ma terre 
et pourtant
*

accents d’Italie
je commence à comprendre
qu’il faut repartir

Accents d'Italie...
Repost 0
Published by André
commenter cet article
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 12:53

le vide ou la vie
qu’y a-t-il derrière
la porte du ciel

L’amour ou la mort...
Repost 0
Published by André
commenter cet article
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 11:07

le pin parasol
souvent vu ses dessous
jamais son dessus

soleil de Rome
on ne replie jamais
les pins parasol

avec la nuit
le pin parasol
s’ennuie

pins Romains
alignant leurs ombres
ils sont légions

ciel couvert
le pin parasol aussi beau
même inutile

dans la voiture
pour bien les voir j’enlève
le pare soleil

Pins parasols...
Pins parasols...
Pins parasols...
Pins parasols...
Pins parasols...
Pins parasols...
Pins parasols...
Pins parasols...
Pins parasols...
Pins parasols...
Pins parasols...
Pins parasols...
Pins parasols...
Pins parasols...
Pins parasols...
Pins parasols...
Repost 0
Published by André
commenter cet article
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 10:13

jour bleu________
_______et si en plus
on est amoureux

Bleu...
Repost 0
Published by André
commenter cet article
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 10:09

musée de Paestum
ensemble on plonge
dans l’éternité

Paestum...
Repost 0
Published by André
commenter cet article
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 10:06

soleil de Rome:
on ne replie jamais
les pins parasols

Roma...
Repost 0
Published by André
commenter cet article
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 08:28

printemps en train
les couleurs du dehors
débordent dedans

Couleurs...
Couleurs...
Repost 0
Published by André
commenter cet article
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 11:43

ciel gris
je vois le bleu à travers
tes yeux

*
Maguelone en avril 
La jeune vigne vierge
n'est plus nue

*
chemin à l’aube
juste assez de lueur
pour son sourire

*
soirée kukaï
le parfum des merguez envie
l'odeur des femmes

*
le plateau perdu
des milliers d’asphodèles
seules après moi

*
ordre blanc
le rosier attend pour fleurir
la fin du seringa

*
vent de printemps
une robe s’envole
oubliant son rôle

*
premier bain de l’année
la fillette se change
en femme

*
premières chaleurs
les robes sortent
les jambes aussi

*
découvrir la lune
ses jambes fines montent
vers l’inconnu

*
première chaleur
un parfum de femme
redécouverte

*
lunettes noires
les yeux cachés du soleil
pas le reste

*

jour bleu
je vois le ciel à travers
tes yeux

Repost 0
Published by André
commenter cet article
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 23:01

l’Hérault caché
son vert tendre se dévoile
dans un méandre

Fleuve secret...
Repost 0
Published by André
commenter cet article
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 11:57

pluie glaciale…
mon insouciance troublée
par son mal
mortel



ce matin
on parle de sa mort très proche…
premiers crocus


 

odeur d'éther
son dernier regard
de l'autre coté

 


Bibliothèque de l'hôpital:
"RDV avec la mort"
"Le livre dont vous êtes le héros"


ses yeux caves

si noirs si lointains
si vrais

la peur dans le regard
lui qui n’avait jamais peur




seize heures
en fin l'heure
de sa mort

 

vingt heures
la famille se recompose
dans la pièce de vie

 


voir un instant

ses yeux ses lèvres fermés
pour toujours



la vie partie
la revivre
seul



ciel bleu d'hiver:
soleil sur les fleurs coupées
et la tombe

 

 

devant lui
ne pas penser à ce qui est
devant nous




 

 

Repost 0
Published by André - dans haiku-senryu
commenter cet article