Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 10:20

Réchauffement
La lune inutile au pont
illuminé

 

réchauffement
elle s’échauffe
en en parlant



réchauffement
émergeant peu à peu
le haut de ses seins

 


réchauffement
elle rougit des regards
sur sa fourrure


beauté glacée
la sueur sous ses aisselles
tempère

 

 

caressant
les poils superflus de la chatte
réchauffement






Repost 0
Published by André - dans haiku-senryu
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 10:42


pluie glaciale
changée en pluie d'été
son
J


Repost 0
Published by André - dans haiku-senryu
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 10:56

le film en cours
inventer le début
à la fin




sa peau cachée
qu'elle ne voit pas
découverte

entre elle
entre peau et satin
confusion

Repost 0
Published by André - dans haiku-senryu
commenter cet article
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 09:30

rue Parmentier
croisé une jolie fille
en pleurs


rue de Belleville
une chinoise
avec une baguette


chez Séphora
que des parfums
d'avant l'amour


vaguement
une émotion bien connue
pour l’inconnue





Repost 0
Published by André - dans haiku-senryu
commenter cet article
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 14:21

Heureux est l'homme qui a gagné le port, qui laisse derrière lui mer et tempête, qui s'assied et bois au bistrot, près de la cheminée, en paix. Heureux est l'homme comme une flamme éteinte, heureux est l'homme, comme le sable de l'estuaire, qui a posé sa charge, s'est essuyé le front et se repose au bord du chemin, il ne craint ni n'espère, ni attend mais il regarde fixement le coucher du soleil.

(Poéme cité dans un film italien "Le voyage de Primo Lévi" tiré de "La trève")


regardant fixement
le coucher du soleil
un homme

heureux
au bord du chemin
assis
c'est un homme
 



Vous qui vivez en toute quiétude
Bien au chaud dans vos maisons,
Vous qui trouvez le soir en rentrant
La table mise et des visages amis,
Considérez si c'est un homme
Que celui qui peine dans la boue,
Qui ne connaît pas de repos,
Qui se bat pour un quignon de pain,
Qui meurt pour un oui ou pour un non.
Considérez si c'est une femme
Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux
Et jusqu'à la force de se souvenir,
Les yeux vides et le sein froid
Comme une grenouille en hiver.
N'oubliez pas que cela fut,
Non, ne l'oubliez pas :
Gravez ces mots dans votre cœur,
Pensez-y chez vous, dans la rue,
En vous couchant, en vous levant ;
Répétez-les à vos enfants,
Ou que votre maison s'écroule,
Que la maladie vous accable,
Que vos enfants se détournent de vous.

Primo Lévi [Lien]

 


Repost 0
Published by André - dans Divers
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 17:11

sans livres en TGV
trois heures vingt à feuilleter
son corps

dans le couloir
une rousse retourne
vers Paris



entre nous
elle avance des avantages
que je n'ai pas

les habits des femmes
le regards des hommes


 à peine âgée
s'occuper d'elle
jusqu'à un certain point

Gite :
http://www.gite-gorgesduverdon.fr/


Repost 0
Published by André - dans haiku-senryu
commenter cet article
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 14:29


Merci de nous avoir fait voyager...


Repost 0
Published by André - dans Musique Vidéo
commenter cet article
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 12:10








     allée Marcel Proust (Paris)
les feuilles du vieux ginkgo
toujours jeunes

il a vu le petit Marcel
avant ses feuillets



Repost 0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 11:49

dans le métro
des frisotis inconnus
sous mes lèvres


à l'enterrement
il nous aurait fait rire
il n'est pas là



rue de Bucy
devant la lingerie fine
l'odeur de pisse


la chanson d'amour
du clochard dans le métro
son odeur



Repost 0
Published by André - dans haiku-senryu
commenter cet article
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 11:46


Repost 0