Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 16:10

   Il y a quelques années lorsque je voulais signifier le passage du temps (du mien !) dans des tercets du genre « senryus », je précisais « soir d’été » ; à présent j’en suis à « soir d’automne »… je n’ai pas vu passer « matin d’automne » !
Bientôt, sans surprise, ce sera « matin d’hiver » (pur et glacé) ; ensuite, si le temps le permet, nous finirons par « soir d’hiver » et, peut être un jour, si jour il y a, évoquerons nous la « nuit d’hiver »… mais ceci est une autre histoire, un autre temps... hors saison.
En attendant, bienvenue à… « tous les matins (de printemps !) du monde ».

 


soir d’été
juste assez de lumière
pour ses yeux bleus
(2004)


soir d’automne
les souvenirs lointains
plus précis
 

Remarque : ce jeu d’écriture est une forme de métaphore, étant entendu que pour les tercets du genre « haïku » on retrouve la réalité des mots de saison.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by André - dans Règles floues
commenter cet article

commentaires

André 21/01/2012 18:33


Tu as surement raison!
Aussi, sur le "je", Stendhal disait:" Ce n’est pas par égotisme que je dis je, c’est qu’il n’y a pas d’autres moyens de raconter
vite." (Mémoires d’un touriste).


Je photographie, jeu instantané!


 

telos 21/01/2012 17:51


tu as peut être couru chaque matin d'automne après ce bleu et tu as oublié le temps..


tu ou vous je ne sais.; vous savez, je mets en pages des livres et je les signe "je ".. sans vouloir laisser d'autres traces..si ce n'est juste l'envie que le lecteur comprenne que dans ces
moments de nature je suis vraiment ancrée en moi.