Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 12:45
 
voleur de parfum
le Mistral emporte
celui du jasmin
 
farniente sans fin
éreinté de repos
il se rendort
 
quelle chaleur
on traine dans les étoiles
jusqu’à plus d’heures
 
brume de septembre
une silhouette sur la plage
asexuée
 
Maguelone
nature elle garde
son noir mystère
 
plage des pêcheurs
on pêche par omission
de maillot
 
ils s’aiment il se mentent
tantôt plus tantôt moins
ils s’aimantent
 
ça sent le dernier été
ça fait combien d’années
que ça fait ça
 
train de banlieue
je partage son sourire
et son retard
 
thé aux épices:
dis chérie Pondichéry
c’est toujours à nous
 
chaleur laïque
chacune cherche à cacher
le moins de chair
 
derrière soie
ne jamais sous estimer
l’effet fesses
 
étendue
la robe framboise
léchée par le vent
 
lassés du sermon
des seins s’éclipsent en douce
par la sacristie
 
on dérange pas
celles qui travaillent dit elle
évitant leurs toiles
 
depuis le temps
les rides sur son visage
n’en ont pas perdu
 
Zébrure…
dans la nuit d'Aout
compter le silence
 
silence radio
pour toute info
le chant des oiseaux

Partager cet article

Repost 0
Published by André
commenter cet article

commentaires